Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

ALF&JOUB

DUO POP-BAROQUE

Propos recueillis par Alexandre Seba

Après un premier EP prometteur et une première partie d’Hollysiz au Rockstore, Alf&Joub ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Le jeune duo montpelliérain, composé de Nico et Anaïs, continue d’élaborer sa pop-baroque sur scène en attendant d’entrer en studio…

Comment s’est formé votre duo ?

On a commencé à jouer ensemble en 2013. Au début on était vraiment dans un délire très rock avec un batteur, un bassiste… Mais on s’est un peu perdus là-dedans. A la fin de l’année dernière notre groupe s’est séparé. On est alors partis quelques jours tous les deux dans un petit gîte d’Aveyron, au milieu des moutons, pour faire le point… Et on est revenus à nos premières amours, en duo, avec des chansons qui nous ressemblent plus… C’était vraiment un nouveau départ !

Quel virage avez-vous pris ?

On partage désormais beaucoup plus la composition. Avec un genre musical pop-baroque. En gros c’est de la pop avec des instruments issus du classique : violon, piano, des instruments à vents, des cordes, des harpes. Des structures assez pop avec des mélodies vocales qui se retiennent, des contrechants, des logiciels aussi… L’idée c’est vraiment de mélanger ancien et moderne.  On a aussi abandonné le français pour ne chanter plus qu’en anglais.

Au niveau des textes justement, quels sont vos thèmes favoris ?

C’est souvent torturé. Mais il y a toujours une part d’espoir. Nos chansons peuvent aussi bien parler d’évolution personnelle que du sentiment de culpabilité qu’on peut parfois éprouver… Il y a des moments très doux dans nos chansons, mais cela peut aussi être comme le calme avant la tempête. Ce qui correspond bien à nos personnalités (rires).

Vous semblez accorder une certaine importance à votre image…

Oui, presque autant qu’à la musique ! On s’est rendu compte que c’était essentiel. Amener quelqu’un dans un monde avec uniquement de la musique nous parait très dur. Mais avec des images ou de la vidéo c’est plus simple. On a beaucoup travaillé sur notre identité visuelle, la charte graphique, etc. On s’est dit que c’était primordial si on voulait rester cohérent.

D’où vient le nom de votre groupe ?

Alf&Joub c’est un délire entre nous ! Quand on s’est rencontrés on était toujours collés ensemble à faire les 400 coups. On s’est dit ce serait marrant de trouver un nom un peu franchouillard, vieux de la vieille… En fait de base on voulait un truc moche ! Et un jour sur la pelouse de la fac on s’est dit : « Moi se sera Alfred ! Et moi Jouberte ! » et c’est parti de là…

Quel serait votre idéal pour la suite ?

Vivre d’Alf&Joub. Pouvoir tourner, montrer ce qu’on fait, sortir un album… On aimerait aussi jouer au-delà de la France, notamment en Angleterre. Ce serait un petit rêve de faire une tournée là-bas !

Le 1er septembre en concert gratuit

Aux Musicales des Beaux-Arts

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *