Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

LES MUSICALES DES BEAUX-ARTS

Floraison de musiques locales

Propos recueillis par Julia Lemoine

Tous les samedis soir, du 26 mai au 8 septembre, le Festival des Musicales des Beaux Arts propose des concerts gratuits sur la place des Beaux-arts de Montpellier. Une initiative prise par l’association 280 communications, rencontre avec Pascal Portuguès, directeur artistique du festival.

French Touch NZ en concert le 7 juillet aux Musicales des Beaux-Arts

Quel est le leitmotiv des Musicales des Beaux-Arts?
Le leitmotiv est de créer un événement convivial et musical sur la place des beaux-arts. Essayer de forger une identité autour de l’atmosphère qui règne lors de ces concerts gratuits qui donne envie de venir passer la soirée du samedi sur la place quel que soit le groupe qui y joue.

Comment est choisie la programmation ?
L’idée est tout d’abord de programmer des artistes locaux, c’est quelque chose auquel nous tenons. Ensuite, étant donné que nous voulons une ambiance conviviale, nous évitons tout ce qui est trop rock ou électro, car nous voulons aussi que les musicales soient agréables pour les voisins. Une fois ces deux critères respectés, il reste un large éventail de possibilités qui va, de la folk au reggae, en passant par la chanson, les musiques du monde, le jazz…

Cette année, c’est la 5ème édition du festival, quel est le secret de sa pérennité?
Je pense que d’une part, il y a la bonne entente des commerçants du quartier qui sont à l’origine de la manifestation ne l’oublions pas. Ce désir de travailler ensemble est important. Ensuite, sa pérennité tient aussi au quartier et ses habitants, très ouverts sur la découvertes et très attachés à leur place et sa vie. Il y a un réel respect du voisinage, tant au niveau des choix artistiques que du volume sonore ou des horaires, qui font que tout le quartier prend du plaisir à voir et écouter les artistes. Enfin, le renouvellement de la programmation chaque année participe aussi à cela, car si il y a des groupes reprogrammés d’une année sur l’autre, les deux tiers sont des « petits nouveaux ». Les habitués ont donc aussi l’occasion de découvrir de nouveaux artistes chaque année.

L’association 280 communications est à l’initiative du festival, est-elle porteuse d’autres projets ?
Nous sommes un label discographique qui a produit ou co-produit près de 150 albums depuis 1998. En ce sens, nous faisons aussi la promotion des artistes du catalogue, organisons des tournées et des événements ponctuels au Rockstore. Nous avons d’ailleurs organisé un tremplin pendant 15 ans au Rockstore « les duels rocks » qui ont vu passer plus de 500 groupes locaux, pour plus de 700 concerts et près de 120 000 spectateurs ! Il n’est pas dit qu’un jour nous relancions un tremplin, sous une différente formule, car l’ancienne s’était essoufflée, raison pour laquelle, il y a deux ans, nous l’avons stoppée. Nous avons d’autres projets en cours de réflexion, notamment la création d’un site internet pour enfin proposer nous même notre catalogue en ligne. Pour l’instant, nos activités se résument aux musicales, à la production d’artistes et à l’organisation d’événements ponctuels. Ce qui est déjà pas mal.

Les musicales des Beaux-Arts

Place des Beaux-Arts, Montpellier

Concerts gratuits tous les samedis du 26 mai au 8 septembre

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *