Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

LES WAMPAS

Le groupe français le plus punk rock qui ne se prend jamais au sérieux

Propos recueillis par Julia Lemoine

Alors que Didier Wampas vient de s’installer à Sète, le groupe est programmé dans sa nouvelle ville, pour la première édition du Festival rock, Sous les rochers, la plage, qui se déroule du 26 au 28 juillet au Théâtre de la mer. Interview avec Didier Wampas, fidèle à lui-même, déroutant, imprévisible et insaisissable.

35ans après votre 1er concert, quel est votre regard sur votre carrière ?

Et bien, je n’ai pas de regard sur ma carrière, c’est au jour le jour. Chaque concert est différent, c’est comme si tous les soirs on commençait le groupe donc il faut vraiment tout donner sur scène. Rien n’est jamais acquis et c’est tant mieux d’ailleurs.

La nouvelle génération est-elle au rendez-vous lors de vos concerts?

Oui, j’adore ça ! Il y a de plus en plus de jeunes qui nous suivent, notre public s’agrandit, les parents viennent avec leurs enfants, je trouve ça super !

Pour vous, quelle est la définition du punk rock ?

Je n’ai pas de définition, c’est juste de la musique. Que l’on fasse du rock, du reggae, du jazz, de la peinture, de la poésie…ce qui est important c’est le contenu pas la forme. Je fais du rock parce que j’aime ça et que c’est ce que je sais faire mais ce n’est pas une forme d’expression supérieure aux autres.

Si je vous dis que votre style est impulsif, second degré, arrogant, cela vous convient ?

Oui, cela ne me choque pas dans tous les cas. Il y a tellement de personnes qui font du premier degré dans la vie qu’il faut essayer de ne pas trop en faire. Je n’essaie pas d’avoir le maximum de public, de faire des disques pour plaire aux gens en disant des choses qu’ils aimeraient entendre. Je me fou complètement que les gens aiment ou pas, je pense que c’est parce que l’on est sincère que notre public nous suit.

Votre dernier album s’intitule Evangélisti, qui est Aurélien Evangélisti et pourquoi lui rendre hommage ?

Depuis deux ans, j’habite à Sète, je suis arrivée lors de la fête de la Saint Louis. Je ne connaissais pas vraiment les joutes mais j’avais vu des reportages sur Aurélien Evangélisti, qui a gagné à plusieurs reprises les joutes de la Saint Louis. J’étais impatient de le voir mais il a été éliminé au premier tour. C’était un moment solennel, il y a eu un grand silence dans le public. Sur le moment, j’ai eu envie de le venger en appelant l’album Evangélisti. J’ai quand même souhaité le rencontrer avant de le mettre sur la pochette d’album et il s’est avéré que c’est un homme sympa et cultivé.

Aujourd’hui, si vous aviez 20 ans, quels seraient les artistes qui vous inspireraient ?

C’est difficile de répondre à ce genre de question. J’écoute tous les nouveaux groupes mais je ne me rends pas compte de ceux qui pourraient m’influencer si j’avais 20 ans. Dans les groupes que je préfère, il y a les Sète Joutes Ultras, ils ne font que des chansons sur les joutes et sur Sète, j’adore !

Le samedi 27 juillet, vous jouez à Sète au festival Sous les rochers, la plage.

C’est une grande joie de rejouer à Sète, l’unique fois c’était il y a 30 ans. Et je joue le 26 avec mon autre groupe Sugar & Tiger. À Sète, il y a des festivals de jazz, reggae, électro, chansons françaises…c’est bien qu’il y ait un festival de rock, cela manquait. Surtout que c’est une ville très rock’n’roll, il y a plein de bars, de concerts mais surtout une ambiance que je n’ai vu nulle part ailleurs.

De nouveaux projets en cours ?

Les Wampas continuent de tourner jusqu’en octobre, en parallèle, je vais sortir un nouvel album des Sugar and Tiger en août et un nouvel album des Wampas en janvier 2019.

Les Wampas au Festival de Sète, Sous les rochers, la plage le 27 juillet

https://www.souslesrochers.com/

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *