Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

RÉSURGENCE LODÈVE

Panorama des arts vivants

Propos recueillis par Patricia Bussy

L’été, la saison culturelle sort de la salle des fêtes ou du cinéma/théâtre pour investir l’espace public. La ville est ouverte aux artistes de rue, circassiens, danseurs, musiciens. Il y aura aussi des conteurs mobiles, des conférenciers décalés, des performeurs, des soirées festives. Le directeur de programmation, Franck Loyat, nous convie à ces 4 jours et nocturnes animés.

La Fabrique Fastidieuse VENDREDI-Garance Li

Le festival arrive comme une prolongation des Saisons du Lodévois et Larzac du Luteva.

Une prolongation ou un point d’orgue important de la saison. L’idée c’était d’être en cohérence sur un même projet artistique avec les spectacles que l’on propose dans les villages toute l’année ou dans l’intensité du festival. Nous voulons montrer la diversité des arts vivants, en particulier, dans l’espace public où le festival se déploie entièrement. Dans la programmation, il y a vraiment cette notion de panorama. On balaye un grand nombre d’esthétiques, avec des spectacles qui abordent des formes de grande envergure ou au contraire plus intimes, déambulation, grandes et petites scènes, spectacles in situ, qui jouent avec les lieux sur lesquels ils se produisent.

Comment avez-vous bâti la programmation ?

Dans les arts de la rue, on ne cherche pas des têtes d’affiches, on n’existe pas en tant que tel. Ce qui nous intéresse, c’est de mettre en avant des spectacles tout frais qui viennent d’être créés par des compagnies, en leur donnant l’occasion de les montrer pour la première fois au public. Toute l’année, on a une vigilance sur les compagnies d’Occitanie. Via la résidence, on accueille aussi des compagnies qui viennent répéter et créer sur le territoire. Elles peuvent jouer dans la saison et dans le festival. C’est le cas, pour La Vaste Entreprise, Cie montpelliéraine, qui présentera L’origine du Monde, un projet. On a une bienveillance pour les artistes qui viennent du bassin méditerranéen, comme les clowns italiens du Teatro Necessario et d’autres plus au sud encore comme les échassiers du Togo, Afuma.

Vous répondez aussi au public dans son envie de spectacles et ateliers participatifs ?

Oui, c’est constitutif du projet… la notion d’expérience en fait. Le festival offre plus qu’une position de spectateur – ce qui déjà est très bien ! Ceux qui souhaitent aller plus loin peuvent devenir acteur du festival. De manière classique, en soutien bénévole à l’organisation. Autour de la scénographie également, des animations artistiques, amont du spectacle, sont encadrées par des membres de notre équipe. On pourra aussi danser au bal de Pulcinella ou entrer dans le spectacle immersif de La Fabrique Fastidieuse qui devrait nous faire partager un moment singulier et collectif de lâcher prise.

Du 19-22 juillet

Renseignements :
Tél. 04 67 44 24 60
www.festival-resurgence.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *