Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

SÉLECTION ALBUMS N°64

ALBERTA CROSS Songs of patience
Tout le monde sait à présent qu’Alberta Cross n’est pas une femme mais un duo anglo-suédois installé à New York, influencé par Oasis ou BRMC, avec qui ils ont pas mal tourné. La formation bicéphale enfile les mélodies imparables sur un rock classique assez mid-tempo. Tenaillée par la guitare basse de Terry Wolfers, la voix de Petter Erickson Stakee, haut perchée mais virile, survole le volume sonore de ce 5e album. PB
ARK REC/PIAS

 

 

 

BAT FOR LASHES The haunted man
C’est quoi cette coupe à la Mireille Mathieu ? A part ça, Natasha Khan continue à faire rêver. Son corps déjà, admirablement photographié par Ryan Mc Ginley en nue chasseresse et intrigante. Son univers onirique aérien, riche en symboles, orchestrations electro pop subtiles, psychédélisme calme. Sa voix libre, bel écart entre Kate Bush, Tori Amos ou Bjork, ne mimant aucune posture de ces dames, bref une forte personnalité tout en douceur sur une musique produite par David Kosten. PB
PARLOPHONE/EMI

 

 

BURIDANE Pas fragile
(Re)découverte de Buridane qui présente son 1er album, après un EP sorti en 2010. Sincérité et rythme composent chaque texte et la mélodie entrainante. La timidité du début disparaît, la musique s’affirme et livre avec fraicheur les doutes et les peurs de l’artiste auteur-compositeur. Entre douceur et énergie, elle s’épanouit sur scène accompagnée de sa guitare. Une personnalité singulière et attachante, joyeusement « Badaboum » ! SB
BELIEVE

 

 

CHAMPAGNE CHAMPAGNE Swine ? My Brother…
Obscurité et magnétisme se confondent dans cet album sans toutefois plonger l’auditeur dans la noirceur. Champagne Champagne opte pour un hip-hop sous perfusion punk où les bidouilles électro ne sont jamais très loin. On pense parfois à des cousins américains et énervés de Tricky ou à des frangins éloignés des Outkast. Mais tout en conservant une identité et un son qui leur est propre. CN
PLATINUM RECORDS

 

 

 

 

CONCRETE KNIVES Be Your Own King
Premier album et premier coup de maitre pour ce groupe originaire de Basse Normandie repéré par  l’un des labels londoniens les plus prestigieux à Montréal. Avec de petites perles pop aux mélodies imparables, les Concrete Knives suivent la trace de groupe comme Clap Your Hands Say Yeah ou I’m From Barcelona. Enthousiasmant pour une scène française que l’on dit en peine à l’étranger. CN
BELLA UNION / COOP

 

 

 

DAVE LIEBMAN/LEWIS PORTER Surreality
Alors que vient de sortir une autobiographie sur sa vie d’artiste jazz, il est bon d’écouter du son neuf en lisant les entretiens du saxophoniste. Mais pas sûr que vous puissiez lire avec ce nouvel album car les joutes qu’il lance à son ami Lewis Porter (piano) sont imparables. Pour la 1ere fois, Marc Ribot (guit.) s’invite à bord avec Brad Jones (basse), Cahad Taylor (bat.) Hommage à Coltrane, Ayler & Coleman. PB
YELLOW BIRDS/HM

 

 

 

DAVID SHAW AND THE BEAT So it goes
Mancunien dans l’âme, David Shaw l’est dans sa façon douce et vénéneuse de poser sa voix sur la piste. Après New Order ou Depeche Mode, la ville musique laisse des traces indélébiles sur le dancefloor. L’ingé son veille au grain. Sur le tempo synthétique, la transe, la bile noire vous prend par le beat. La batterie reste cold. Romantique, la voix au timbre pop ne vous quitte pas de l’album. PB
HMS REC.

 

 

 

DOCTOR L We Got Lost
A la frontière de plusieurs genres, Doctor L mêle les influences comme autant de rencontres à concrétiser en chanson. Résultat, une musique protéiforme où l’on perçoit des bribes sonores intemporelles. Afrobeat, électro, jazz ou rock sont guidés par l’énergie blues qui se dégage majoritairement de ce We Got Lost dans lequel on s’abandonne avec plaisir. D’autant que le voyage se révèle particulièrement doux. CN
COMETE RECORDS

 

 

 

EFTERKLANG Piramida
A l’image de Sigur Ros ou de The Magnetic North, le grand Nord et sa nature sauvage et désolée a depuis toujours inspiré les musiciens. C’est sur l’archipel de Svalbard que les Danois d’Efterklang ont trouvé un terrain de jeu pour leur pop atmosphérique. Ambitieuse et aérienne, elle s’affranchit régulièrement des formats en vigueur jusqu’à laisser parfois entrer le silence et ainsi emprunter des chemins jusqu’alors explorés par les grands Talk Talk et Nits. LP

4AD

 

 

BOF NOUS YORK par FANTASTIC NOBODY
L’exercice de la BO est toujours périlleux : comment illustrer sans trahir le propos du réalisateur ? Fantastic Nobody y parvient parfaitement. Composé de deux ex-ASYL (le dernier est Lescop) et de la plasticienne Mel Fish, ce nouveau projet réussit la gageure de capter l’atmosphère multiculturelle de New-York. Pop, Rock, Electro, Rap y sont digérés tout en conservant un regard européen. LP
DIESE / PIAS

 

 

 

FRANCOISE HARDY L’amour fou
7 titres inédits où la voix blanche de Françoise H reste inchangée par delà 50 ans de carrière. Une ambiance mélancolique parcourt ce disque. Il y a bien le badin Amour Fou, l’interlope Mal au cœur ou le très courtois Pourquoi vous ? mais les chansons romantiques à souhait sont soutenues par un piano et des cordes tristes. Les mélodies font appel aux fidèles Thierry Stremler, Calogero, à Victor Hugo (si vous n’avez rien à me dire), à la plume décalée de Julien Doré. PB
EMI

 

 

GALLON DRUNK The roads gets darker from here
Et si le vrai indie rock était de retour ? Quand PJ Harvey susurre, c’est beau mais quand Morrissey dérape on se dit que les 90’s sont loin. L’heure est aux fondamentaux Gallon Drunk. Reformé en 2011 à Hambourg, le groupe, avec ce 7e album, est bien disposé à nous rappeler certaines valeurs : immédiateté du son, prises en live énergiques, mélancolie, fureur, psychédélisme, le tout garanti made in UK. PB
ROUGH TRADE/PIAS

 

 

GALLOWS Gallows
Fondé en 2005, ce groupe anglais brutalement punk propose un album conservant son énergie ! Les craintes concernant le départ du charismatique chanteur Frank Carter sont estompées par son remplaçant : Wade McNeil (Alexisonfire). Les titres s’enchainent dans un rythme effréné et dynamique. Un opus sans surprise qui reprend les traditions, soit un retour à la simplicité pour une plus grande efficacité. Titre éponyme : Gallows reste Gallows ! SB
VENN & PIAS

 

 

 

GASPARD LANUIT La trêve
Pour son 4e album La Trêve, Gaspard LaNuit opère un virage plus rock tout en nuances. Dès « Le fossé », le ton est donné et s’amplifie sur des guitares saturées « Des Apaches », « La mue » et l’énergique « Je ne suis plus » ou des slides « Ce soir ». Sa voix suave sur des mots ironiques, rappelle Dominique A, ou Ferré, Baschung pour l’ambiance. Néanmoins l’opus mystérieux intimiste a une vraie identité sonore et textuelle. Captivante trêve ! FD
TROIS HEURES MOINS LE QUART

 

 

 

THE JIM JONES REVUE The Savage Heart
Le cœur du Rock’n Roll bat très fort lorsqu’il croise The Jim Jones Revue. Il retrouve chez cette bande de loubards, la fureur de sa jeunesse, celle des pionniers Jerry Lee Lewis ou Chuck Berry. Porté par une guitare cinglante, un piano bastringue et une voix furibarde, ce rock-là évite toute surenchère et va directement à l’essentiel, guidé par l’énergie primitive de ses origines. LP
PUNK ROCK BLUES / PIAS

 

 

 

 

JUAN DE LERIDA Noche en blanco
Fils de migrants andalous, grand représentant du nuevo flamenco, le guitariste flamenco vient de sortir un 2e album d’obédience gitane, où le jeu des cordes voyage sur les sonorités d’hier et d’aujourd’hui. Et toujours cette belle vivacité à passer d’un style à l’autre, tango, rumba, cante rondo (feat. Tio Milio), improvisations. Un creuset musical autour de l’Espagne à lui tout seul. PB

CHANT DU MONDE / HM

 

 

 

LAZULI 4603 battements  
Tic tac…Tel un métronome, 4603 pulsations rythment ce 4eopus. Acclamé de l’Europe à l’Argentine, le quintet lozérien multi-instrumental (dont la Léode, mais aussi un cor), sert un prodigieux rock progressif mâtiné d’orient. Il en émane une poésie douce -amère sur notre société, où, dans un style plus world, sont évoqués Internet« Le miroir aux alouettes » et le pouvoir « On nous ment comme on respire ». Tic tac. Un joyau sensitif, rare…FD
Autoprod

 

 

 

LES BOUKAKES Punky halal
A l’heure où l’on redécouvre le rock africain, les Boukakes ont leur carte à jouer sur la diaspora du son binaire et électrique subsaharien. Qu’ils soient de Montpellier ajoute au phénomène melting-pôtes. La voix rocailleuse de Salim Maziz navigue entre raï et mélodies orientales, solidement soutenue par les instrus du quatuor, guitare/drum/bass dialoguant avec mandola/gumbri/derbouka. Rock fusion, samples, reggae, funky gnawa, on enchaîne sur un 4e album au groove puissant. PB
JULES SONICS PRODS

 

 

 

LESCOP Lescop
Enfant des Daho et Taxi Girl, Lescop ressuscite l’ambiance glacée des 80’s, époque post-industrielle dont le rock de Manchester restera la meilleure expression. On retrouve ici ces synthés vaporeux (« La nuit Américaine »), ces guitares cinglantes (« Tokyo, la nuit ») portés par une voix grave, voire inquiétante. Ce choix esthétique installe une atmosphère unique (« La forêt »), très loin des canons actuels de la chanson hexagonale. LP
POP NOIRE / UNIVERSAL

 

 

 

 

LO’JO Cinéma el Mundo
Le 13e album de la troupe, opus porte-chance, est l’un des meilleurs des angevins. Si l’univers métissé demeure, familier et unique, la musique de Jean Lamoot accompagne un singulier voyageur. Denis Pean, marchant désormais avec un voile de tristesse dans la voix, n’a jamais été aussi poignant. La Marseillaise en créole, Alger, El Cabo Blanco, sa poétique du monde se chante en plusieurs langues. Réunion, Afrique, Caucase ou Bolivie ? Où sommes-nous ? Chez Lo’jo. PB
WORLD VILLAGE/HM

 

 

 

 

PAUL BANKS Banks
Interpol avait remis au goût du jour un certain rock sombre et envoûtant en ligne directe avec les 80’s bien avant The XX. S’il continue de creuser ce sillon, Paul Banks son leader, s’autorise maintenant de faire  entrer une lumière certes blafarde (« Lisbon ») dans ce rock de plomb. « Arise, Awake » ou « Summertime is coming » résument à eux seuls les nouvelles intentions de l’Anglais : faire cohabiter bien-être et mélancolie. LP
MATADOR

 

 

 

 

RAPHAEL Super welter
Son métallique, savantes dissonances, ambiance de polar et voix d’outre-tombe à la Bashung, sur le 1er titre surtout, Raphael le romantique recule. Deviendrait-il « Insensible » comme sur la 6e piste ? Album concept qui pourrait effrayer certains par cette atmosphère dark, en ravir d’autres par la qualité du son et de l’image. En tous cas, Raphael est généreux, il refuse la ritournelle, s’engage dans un cinémascope intérieur très intéressant. PB
EMI

 

 

 

 

REDEYE End of the season
Redeye dévoile  End of the season son 2e opus inspiré d’ Americana. Avec sa guitare et sa voix envoûtante, Guillaume Fresneau, accompagné d’artistes hétéroclites, élabore un folk raffiné. Une pincée de gaîté dans la country«  Sunny roads » et « Disappear », des violons, saxo « Cold as ice ». Mention pour la ouatée « Cover me » auréolée de chœurs, violoncelle et «  All at one ». Un délice de se lover dans cette douce nappe de mélancolie positive !  FD
Lafolie Records

 

 

 

 

SALLIE FORD & THE SOUND OUTSIDE Dirty radio
Une musique rétro pour un plaisir brut de décoffrage ! Emporté par la personnalité et la voix profonde de Sallie Ford, l’album plonge dans les années 50 grâce aux teintes de folk, jazz et soul. Dirty radio c’est le mélange authentique d’un swing entrainant et de ballades blues séduisantes. Guitare, contrebasse et batterie font revivre des sonorités d’antan pour un tempo rockabilly. Réincarnation d’un vintage timbré ! SB
FARGO

 

 

 

 

SKYE Back to now
Après son retour inespéré au sein de Morcheeba, Skye reprend le cours de sa carrière solo avec ce troisième solo aux accents électro. Oubliées les atmosphériques downtempo, l’Anglaise pose sa voix chaleureuse sur une électro aux rythmiques entêtantes mais souvent calibrée. Même si la forme est différente, les fans retrouveront le confort de Morcheeba alors que les autres rechercheront plutôt chez Santigold ou M.I.A l’occasion de s’extasier. LP
PIAS

 

 

 

 

TAKANA ZION Kakilambe
Réalisé entre la Guinée Conakry et Paris, Kakilambe (danse de masque) est le fruit de la collaboration de l’artiste Takana Zion avec le producteur- compositeur français DJ Redeyes et 10 musiciens géniaux. Du reggae «Assali », en passant par la world music « Aminata » à l’électro- africanism « Emmanuel», les percussions ternaires scandent l’univers coloré. La voix unique de Tanaka chante16 chansons en sossou, anglais et français « Ce matin ». Paix, amour, Kakilambe vous protégera de la grisaille. FD
RKF PRODUCTION

 

 

 

 

THE NEIGHBORHOOD
Pur produit de la scène rock montpelliéraine, le quatuor The Neighborhood a enfin capté sur ce premier album, l’énergie contagieuse de leurs concerts. C’est pourtant de l’autre côté de l’Atlantique qu’il faut rechercher les racines de ce rock puissant et mélodique et plus particulièrement sur la scène Californienne dont Blink-182 reste l’étendard. Diablement efficace, ce rock-là devrait être rapidement à l’étroit dans l’Hexagone.LP

AUTOPRODUCTION

 

 

 

THE RUSTY BELLS Rebirth
The Rusty Bells apporte leur contribution à ceux qui défendent une vraie scène rock en France talentueuse et inspirée comme il se fait à l’étranger. Alors si les toulousains étaient londoniens ou new-yorkais peut être seraient-il accueillis en France avec louanges et tapis rouge. On aime le penser alors on le leur déroule sans problème. Si vous aimez The Kills, The White Stripes ou Jim Jones Revue bref du rock un peu sale. CN
DEAD BEES RECORDS

 

 

 

THOMAS DE PORQUERY. The endless summer
Dans la série dancefloor inclassable, l’esprit punk provocateur plane sur TDP, ex Joy Rigolus. Les additions soniques (3 sax, 2 batteries, 1 basse) conduisent à la transe voire au free jazz débridé. 14 titres où tout est permis, du plus jouissif au plus agaçant pour les oreilles. Cris stridents annonçant le tempo lent du crooner italien, sax soprano pris de vitesse sur la fanfare funky, bal éthiopien, spoken word, choristes charmeuses… un programme délirant. PB
NUEVA ONDA

 

 

 

ZENZILE Electric Soul
Référence hexagonale du dub, les Angevins de Zenzile pourraient enfin dépasser nos frontières avec ce septième album. Juste récompense pour ce retour aux sources d’un dub vocal, teinté d’électro lancinante et porté par les voix de Jamika, Jay Ree ou de l’éternel Winston Mc Anuff. Ce cocktail délicieux n’est pas sans rappeler le « Blue Lines » de Massive Attack dont « Over/Time » pourrait être l’emblème. LP
YOTANKA / DIFFER-ANT

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *